Ingrid Koivukangas
Environmental Artist

Responding to sites around the world through works created in site specific installation, intervention, ephemeral sculpture, video, sound, web, permanent site-specific sculpture, photography, printmaking,painting & drawing.

Welcoming opportunities to work in different geographic regions & locations in the world, creating site-specific works in response to the land.



Click on the photos to get a closer look....







Arborglyphs: Message Trees
Arborglyphs: arbres de message

Bois de Belle Riviere Park, Mirabel, Quebec in August 2008.

As an environmental artist I work intuitively at sites, usually directly in response to being there. For this new work at Bois de Belle Rivière I was sent site photographs of possible locations to create a new work and asked if I could choose one. I was immediately drawn to the photo of a stand of trees in the forest. Over the coming weeks every time I looked at the photograph I kept thinking - ‘writing on trees’. I began to have dreams of walking through a forest in the Laurentians, birds flying overhead and animals peering out at me from behind trees, keeping me company as I approached a tree and began to write upon it.

I began to research writing on trees to find out what kind of history was associated with it. I found that people have been carving, writing on trees, since earliest times, and that these trees are called Arborglyphs or Dendroglyphs and are also known as Culturally Modified Trees. They are found in various locations in the world and are well known among the Sami in Northern Scandinavia, indigenous Australians and First Nations people in British Columbia.

Trees on the west coast of Canada have been found that hold traces of humans up to 5000 years, these trees were providers of medicine and nourishment as well as building materials. The oldest known Sami arborglyph is 2800 years old while bark peeling - an ancient ritual practice - has been found on a fossilized log that dates to 800 BC.

Arborglyphs have been used as a means of communication between travellers - temporal and spiritual - and have included maps and directions. The Sami and Gitxan (B.C.) carved faces into trees, these carvings can be viewed as a sacred means of transcending from this world to the spirit world and back again. Indigenous Australian arborglyphs were created as a memorial to record graves and initiation ceremony sites and include human, animal and geometric shapes. From the late 1600s arborglyphs were used in Finland along the funeral routes to delineate the line between the spiritual world and the living.

Arborglyphs have also been used as a way of documenting ones passage through the landscape, much like the Basque shepherds who left their names, dates and messages in Aspen forests in Oregon, Idaho and Colorado. The Cherokee left arborglyphs on beech trees along the Trail of Tears in the 1830s, marking where possessions where buried and hidden as well as clan relationships.

At one time our ancient ancestors lived in tune with the animal world, understanding our deep inter-connectedness with the natural world. Many peoples from different areas around the world shared the belief that each person has a magical or spiritual connection to a particular guardian animal that can act as a source of wisdom, or inspiration. Scientists have discovered that we really are connected to every living being on this planet through shared DNA, the building block of life.

Bois de Belle Rivière is a regional park and has many visitors who perhaps are not aware of the abundance of animal life in the park. With Arborglyphs: Message Trees © I wanted to bring an awareness of the animals that inhabit the area, to honour them. They move through the forest in silence, yet they - and we - are deeply connected. For when an animal disappears, becomes extinct, not only do we lose a connection to our ancestral past, but it brings us one step closer to our own possible extinction.

33 different animals were chosen and a symbol representing each of them was placed onto 33 trees. The trees that were chosen were all Beech trees. The Beech is known as the 'Queen of the Forest' while Oak is the 'King'. Beech is linked with time, wisdom and knowledge - especially written knowledge. Beech trees, thinly sliced, formed the first books - and aBeech and a book share common names - 'Boc' in Anglo Saxon, 'Bok' in Swedish and 'Buch/e' in German. Through writing on Beech knowledge was manifested in the physical world, allowing wisdom to be passed on to future generations.

Three is a universal sacred number for the Trinity and 33 is known as a master number representing the spiritual uplifting of man. The number 33 is sacred in Buddhism, it is believed that Buddha saves mankind by assuming 33 different forms. The Hindu Rig Veda describes the 33 divinities; in Islam one of the 99 names of Allah, Number 33, is al-Azim, the Supreme Glory, the Most Grand.

During my research I discovered that carving into the tree bark might actually harm some of the trees at the site. A tree draws in water and nutrients from the cambrian layer, which is the thin living membrane just under the bark, if this membrane is broken the nutrients cannot make the journey to nourish the tree. Humans have left their mark over the ages not only carved upon trees, but on stone - in caves as well as on cliffs and open rock faces using red ochre paint.

Red ochre has been used since prehistoric times and is made of non-toxic iron oxide. Neolithic hunters buried their dead with red ochre and cave painters ascribed magic powers to the color red. The word “magic” translates to “taufr” in Old Norse and is related to the Anglo-Saxon “teafor” meaning “red ochre”. The colour red has been used as protection against evil influences and animals, trees and warriors weapons were covered in red paint to give them magical powers.

Rock painting is ancient and some of the earliest example date back 32,000 years to caves found in Europe, but rock paintings are also found along waterways, on stone cliff faces, not protected from the elements. In Finland there are red ochre paintings, depicting elk, boats and human figures, on rock cliffs close to the water that date 2500 to 3000 BC. These paintings are associated with hunting magic and are manifestations of animal ceremonies and the shamanistic traditions associated with them. Similar, younger, rock paintings are found in North America around the Great Lakes.

About 700 rock-painting sites have been discovered across the Canadian Shield, from Quebec through Saskatchewan. Quebec has six of these sites which have been dated at about 2,000 years old. The paintings made with red ochre depict people as well as boats and various animals, birds, fish and possibly shamanic journeying.

Rather than carve into the bark I made red ocher paint and applied the animal symbols to the trees. Red ochre paints are very durable and are made by mixing iron oxide with linseed oil, water and pigment

A map will be created with information about the project as well as a guide to the symbols that visitors to the park can pick up from the park services office.

Please check back for updated photographs of the site through the changing seasons.


Arborglyphs: arbres de message

Bois de Belle Riviere Park, Mirabel, Quebec,August 2008.

Comme un artiste environnemental que je travaille intuitivement aux emplacements, habituellement directement en réponse à être là. Pour ces travaux récents chez Bois de Belle Rivière j’ai été envoyé à des photographies d’emplacement des endroits possibles pour créer des travaux récents et demandé si je pourrais choisir un. J’ai été immédiatement dessiné à la photo d’un stand des arbres dans la forêt. Au cours des prochaines semaines chaque fois que j’ai regardé la photographie que j’ai continué à penser - écriture de `sur les arbres. J’ai commencé à avoir des rêves de la marche par une forêt chez le Laurentians, des oiseaux pilotant des frais généraux et des animaux scrutant dehors à moi par derrière les arbres, me gardant compagnie pendant que j’approchais un arbre et commençais à écrire sur lui.

J’ai commencé à rechercher l’écriture sur des arbres pour découvrir ce qu’un peu l’histoire a été associée à elle. J’ai constaté que les gens avaient découpé, écrivant sur des arbres, depuis les époques les plus courtes, et que ces arbres s’appellent Arborglyphs ou Dendroglyphs et sont également connus en tant qu’arbres culturelement modifiés. Ils sont trouvés dans divers endroits dans le monde et sont bien connus parmi le Sami en Scandinavie nordique, Australiens indigènes et premières personnes de nations en Colombie-Britannique.

On a trouvé des arbres sur la côte ouest du Canada qui tiennent des traces des humains jusqu’à 5000 ans, ces arbres étaient des fournisseurs de médecine et d’alimentation aussi bien que des matériaux de construction. L’arborglyph de Sami connu le plus ancien est 2800 années tandis que l’épluchage d’écorce - une pratique rituelle antique - a été trouvé sur une notation fossilisée qui date à 800 Avant JC.

Arborglyphs ont été employés afin de la communication entre les voyageurs - temporels et chant religieux - et ont inclus des cartes et des directions. Les visages découpés de Sami et de Gitxan (B.C.) dans des arbres, ces découpages peuvent être regardés en tant que des moyens sacrés de dépasser de ce monde au monde et au dos d’esprit encore. Des arborglyphs australiens indigènes ont été créés comme un mémorial pour enregistrer des tombes et des emplacements de cérémonie de déclenchement et pour inclure les formes d’humain, animales et géométriques. Des 1600s en retard les arborglyphs ont été employés en Finlande le long des itinéraires funèbres pour tracer la ligne entre le monde spirituel et la vie.

En même temps nos ancêtres antiques ont vécu en accord avec le monde animal, comprenant notre interconnexité profonde avec le monde normal. Beaucoup de peuples de différents secteurs autour du monde ont partagé la croyance que chaque personne a un raccordement magique ou spirituel à un animal particulier de gardien qui peut agir en tant que source de sagesse, ou à l’inspiration. Les scientifiques ont découvert que nous vraiment sommes reliés à chaque être vivant sur cette planète par l’ADN partagée, le bloc constitutif de la vie.

Bois de Belle Rivière est un parc régional et a beaucoup de visiteurs qui peut-être ne se rendent pas compte de l’abondance de faune en parc. Avec Arborglyphs : Arbres de message Arborglyphs: Message Trees © que j’ai voulu apporter une conscience des animaux qui habitent le secteur, pour les honorer. Ils se déplacent par la forêt dans le silence, pourtant eux - et nous - sommes profondément reliés. Pour quand un animal disparaît, devient éteint, non seulement nous perdons un raccordement à notre passé héréditaire, mais il nous apporte une étape plus près de notre propre extinction possible.

33 animaux différents ont été choisis et un symbole représentant chacun de eux a été placé sur 33 arbres. Les arbres qui ont été choisis étaient tous les arbres de hêtre. Le hêtre est connu comme ' ; Reine du Forest' ; tandis que le chêne est le ' ; King' ;. Le hêtre est lié avec du temps, la sagesse et la connaissance - particulièrement la connaissance écrite. Les arbres de hêtre, légèrement découpé en tranches, formés le premier réserve des noms communs - et d'aBeech et d'une part de livre - ' ; Boc' ; dans Saxon anglo, ' ; Bok' ; dans le Suédois et le ' ; Buch/e' ; en allemand. Par l'inscription sur le hêtre la connaissance a été manifestée dans le monde physique, permettant à la sagesse d'être transmise aux générations futures.

Trois est un nombre sacré universel pour la trinité et 33 est connus comme nombre principal représentant élever spirituel de l’homme. Le numéro 33 est sacré dans le bouddhisme, il est cru que Bouddha sauve l’humanité en assumant 33 formes différentes. L’installation indoue Veda décrit les 33 divinités ; dans l’Islam un des 99 noms d’Allah, le numéro 33, est Al-Azim, la gloire suprême, le plus grand.

Pendant ma recherche j’ai découvert que le découpage dans l’écorce d’arbre pourrait réellement nuire à certains des arbres à l’emplacement. Un arbre dessine dans l’eau et des aliments de la couche cambrienne, qui est la membrane vivante mince juste sous l’écorce, si cette membrane est cassée les aliments ne peuvent pas faire le voyage pour nourrir l’arbre. Les humains ont laissé leur marque au-dessus des âges non seulement découpés sur des arbres, mais sur la pierre - en cavernes aussi bien que sur des falaises et développent des tailles de roche utilisant la peinture ocre rouge.

L’ocre rouge a été employé puisque des périodes préhistoriques et est fait d’oxyde de fer non-toxique. Les chasseurs néolithiques ont enterré leurs morts avec l’ocre rouge et les peintres de caverne ont attribué des puissances magiques au rouge de couleur. Le mot « magie » traduit « taufr » dans les vieux norses et est lié à la signification anglo-saxonne « ocre rouge » de « teafor ». Le rouge de couleur a été employé car la protection contre des influences et des animaux de mal, les arbres et les armes de guerriers ont été couverts en peinture rouge pour leur donner des puissances magiques.

La peinture de roche est antique et une partie de l’exemple le plus tôt remonte 32.000 ans aux cavernes trouvées en Europe, mais des peintures de roche sont également trouvées le long des voies d’eau, sur les visages en pierre de falaise, pas protégées contre les éléments. En Finlande il y a les peintures ocres rouges, representation des élans, bateaux et figures humaines, sur les falaises de roche près de l’eau qui datent 2500 à 3000 Avant JC. Ces peintures sont associées à la chasse magique et sont des manifestations des cérémonies animales et des traditions shamanistic liées à elles. Semblables, plus jeune, des peintures de roche sont trouvées en Amérique du Nord autour des Great Lakes.

Environ 700 emplacements de roche-peinture ont été découverts à travers le bouclier canadien, du Québec par Saskatchewan. Le Québec a six de ces emplacements qui ont été datés à environ pendant 2.000 années. Les peintures faites avec l’ocre rouge dépeignent des personnes aussi bien que des bateaux et de divers animaux, des oiseaux, des poissons et probablement voyage shamanic.

Plutôt que découpez dans l'écorce que j'ai fait la peinture ocre rouge et me suis appliqué les symboles animaux aux arbres. Les peintures ocres rouges sont très des biens et sont faites en mélangeant l'oxyde de fer à l'huile, à l'eau et au colorant de lin - cette peinture pourrait durer jusqu'à 50 ans.

Une carte sera créée avec des informations sur le projet aussi bien qu'un guide des symboles que les visiteurs au parc peuvent prendre du bureau de services de parc. Vérifiez svp en arrière les photographies mises à jour de l'emplacement par les saisons changeantes.

Translation: Babelfish





©Ingrid Koivukangas 2008


Copyright 2008 Ingrid Koivukangas, all rights reserved